mardi 25 septembre 2012

Butterfly Circus

[La vidéo est en anglais...]
La confiance en soi ...Quelle grande Phrase !
Derrière ces 4 malheureux mots, se cache tout le sens  du bonheur.
Du haut de mes 12 petites années, il m'est arrivé de constater que mon point de vue sur les choses, pouvait changer mon monde...Mon environnement, ma vie et mon  Bonheur.
Dans Butterfly Circus, on peut constater les choses suivant.

  1. Lorsque nous sommes confrontés au regard des autres, lorsque nous y sommes soumis, nous perdons tout amour propre...Logique me diriez vous ...Tout simplement parce que nous sommes jugés.Les autres se permettent de juger notre personnalité, ce que nous sommes, celons des critères imposer par un monde superficiel, commercial, et dans la recherche de la perfection.Ainsi, dès que nous sommes décalé des autres, anormal ou différant, la société bous rejette.Tout comme Will dans le premier Cirque où il a passé un bon moment de sa vie à être raillé, critiqué, et mal aimé, nous sommes pour diverse raison, rejeté par le monde dans lequel nous vivons, chaque fois que nous marchons de travers.Et la plupart du temps, nous perdons toute confiance en nous.
  2. En second lieu, notre point de vu sur nous même oriente notre vie vers diverse chemins.Si nous nous croyons nul, nous serons nul.Si nous nous croyons quelqu'un de bien, nous serons bien.ATTENTION ! Se sentir être quelqu'un de bien ne veut pas dire qu'il faut être orgueilleux ou vaniteux.Mais avant toute choses, il faut s'aimer nous même.S'affectionner, aimer notre propre compagnie, et apprécier parfois se retrouver seul avec nous même, et faire le bilan de où nous en sommes.Tout en étant MODÉRÉ ! S'aimer sans être vaniteux.Et s'aimer pour ce que nous sommes.
  3. En troisième, je dirai et répéterai que lorsque nous recherchons à ressembler à l'idéal imposé par le monde, nous ne POUVONS PAS être heureux.Je me souviens avoir pendant des mois demandé à mon frère si tel ou tel tenue été assez stylé...Mais dès que les couleurs n'allaient pas ensemble, j'étais toute agité, et cherchais ensuite la tenue la plus stylé possible.Mais je me souviens aussi avoir pendant cette périodes passé je dirais les pires moments de ma pitite vie d'ado.Je ne vous cache pas demander encore parfois à mon frère si mes tenue sont bien.Mais je peux vous dire que ma période suicidaire est belle est bien finit.Parce que je veux avant tout me plaire.Je ne m'habille pas pour les autres, Mais pour MOI.Ainsi, lorsque le monde sera noir, je serai vert, et la mode pourra devenir Orange, je resterai vert.La mode n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...
Conclusion. Nous ne serons jamais heureux, tant que nous nous croyons inutile (comme Will) ou que nous ferons trop trop attention au regard des autres...
Les gens les plus heureux sont ceux qui vivent leurs vie malgré leurs erreur, le milieu d'où ils viennent, ou leurs conditions physiques.

Méditez y ;)

Conclusion 2. Même les ados de 12 ans peuvent avoir un talent d'écriture... (n'y voyez là aucune marque de vanitééééé xD )

Bref :')

samedi 22 septembre 2012

mercredi 19 septembre 2012

Portrait Raté 2 ...

Plus je dessine plus je m'enfonce "00...

Navré Flo' U.U

Portrait Raté...


MOCHE x)


Un jour, quelqu'un m’expliquera pourquoi je rate Toujours les Portraits x)
Antoine :D
Oui oui, j'y crois :')


Enfin Bref y a aucune Ressemblance, Désolé Antoine :')

jeudi 13 septembre 2012

Les Poilus... x)

Oui oui, vous avez bien lu."Les Poilus" :)
Suite à mon cour d'Histoire Portant sur la première Guerre Mondial, j'ai écrit cette Nouvelle (si dessous) en me mettant dans la peau d'un de ces hommes, qui on combattu il y a quelques siècles...à Verdun (Environ 500 000 ou 700 000 morts) [J'ai réviséheu ! :P].
Le cours été si vivant que je sentais presque mes pieds s'enfoncer dans la boue des tranchées... :)
Bonne Lecture :D !




    "Nous étions désespéré.Sans vie, sans moral.J'avais l'impression d'être une sorte de monstre, une machine, qui chaque jours devait lutter, mutiler, tuer  et achever.
Rien d'Humain dans tout cela.Chaque matins, lorsque le jour se levé, j'avais une sorte de vide, comme si la misère avait choisit de s'établir en moi.Je voulais pleurer, mais mes yeux enflaient empêchés les larmes de couler.
J'étais étendu , je ne pouvais plus bouger.Le sommeil me gagnait..Cela fesait 7 jours que je lutté pour ,e pas dormir.La Peur été un bon remède.Mais plus les jours passaient, plus je me lassé, et abandonné tout efforts .Nous pataugions dans a mort même.Le corps de Henri été toujours là.A chaque foi que je voyais son visage, mon âme été submergé.
Il été venu pour y rester.Et il avait finit.Ici.
Il fallait fuir tout ça, quitter ces horreurs, je ne pouvais plus supporter le sifflement strident des obus, je ne pouvais plus regarder mes camarades tomber au sol, achevés pas les gaz toxiques et les mitrailleuses.
Jamais l'homme n'avais été aussi loin, aussi cruel et démesuré.
Il fallait que cela cesse, que je trouve le moyen de partir loin de tout ça.
Partir, oui, Il fallait partir.Je me levai, à bout de force mais je voulait quitter cette endroit maudit.Après tout, j'étais peut être déjà mort...C'était peut être ça l'enfer.Je me mis à délirer...Et si m'enfuir ne servait à rien ?
Je serait peut être de nouveau au front.Partir. 
Ce mot l’obsédé.Il FALLAIT partir."

Voila le début de cette pitite nouvelle :)
J'écrirais la suite un peu plus tard ;)

samedi 1 septembre 2012

Déprime Time

Parfois j'ai l'impression qu'il suffit d'y croire pour que ce soit réalisable.J'oublie tout le Rationnel et je me concentre sur mon vœux.Et un jour j’ouvre les yeux et me rends compte que ce n'était que mirage.
Et je tente de me ressaisir à la barre de fer je tente de retrouver le droit chemin  la juste vérité mais en vain.Je reste impuissante et sans vie, ne pouvant plus avancer de peur de tomber.Et je lutte...Le bien le mal la moral des choses s'entrechoquent sans que je parvienne à ramener la paix en moi.Puis les heures passes, les jours s'enchainent et les mois deviennent des années.Et sans que je puisse la contredire, ma vie, despote, guide chacun de mes pas dans des directions inconnue...Oui...Il me semble que c'est ça la vie.C'est ça avoir du remord, des souvenir à créer et à venir...Des coups et des blessures inguérissables.C'est ça se lever chaque matin, faire fonctionner tout le mécanisme que nous renfermons , chaque jours.C'est ça souffrir, sourire, pleurer, tomber, se relever...Nous avons tous un but, une voie à suivre, un chemin.Certains s'engagent très tôt dans ce qu'ils doivent accomplir, d'autres chercherons toute leur vie leurs vocation.Sans jamais y parvenir.Et un beau jour...Tout éclate c'est la révolution de l'âme, le combat de l'esprit...On hurle, on crie, on frappe, mais personne ne nous regarde.Et on ne sais plus quoi faire,la folie prends le dessus...Et on se perd dans le cours des chose.

~Flem d'écrire une suite :')~

L'éternel dessin de L'ado :3